Amiens Cluster couve les startups

72 projets ont déjà été soutenus par Amiens Cluster dont G+Lyte et ses solutions pour doubler la durée de vie du photovoltaïque ou ses panneaux indoor pour objets connectés. © Laurent Rousselin - Amiens Métropole

L’association Amiens Cluster accompagne divers projets d’entreprises au Quai de l’innovation. Condition pour percer : être à la pointe. Exemples.

Le dixième comité d’engagement de l’incubateur / accélérateur d’Amiens Cluster s’est réuni le 2 décembre pour déterminer les projets de startups à accompagner. C’est ainsi que cette association, créée en 2017 à l’initiative d’Amiens Métropole, soutenue par les Hauts-de-France et logée depuis 2018 au Quai de l’innovation, sélectionne ses protégés quatre fois par an. « Mais les porteurs de projets peuvent candidater toute l’année », rassure Jean-Denis Blanc, manager de cet outil qui entend « injecter de l’innovation dans le tissu économique. Si c’est crédible, faisable et pertinent, on accompagne ! ». Une action menée avec les clusters Le Bloc (e-santé) et EnergeiA  autonomie énergétique), qui mouillent également au Quai.

 

S’IMPLANTER LOCALEMENT
En 2020, 21 projets ont ainsi été soutenus. Ils ont pu mener un « parcours entrepreneurial avec les acteurs et partenaires du territoire, dont les autres parcs d’innovation de la région », résume Amélie Lemoine, manager communication d’Amiens Cluster. Pour se constituer, se solidifier et s’implanter localement. « Savoir garder chez nous les projets innovants, c’est important », estime ainsi Jean-Denis Blanc. Les trois projets retenus en incubation le 2 décembre portent des traces de Covid-19 : « Job Board se concentre sur le télétravail, CareLabs s’attaque au burn-out et Steech vise la consommation intelligente ». Quant à l’accéléré (déjà incubé) de cette session, Algoscope, il s’est bien positionné le mois dernier lors du Data Challenge en imagerie médicale sur les biopsies du col de l’utérus, un concours international.

 

TRAVAIL AU LONG COURS
Quid de la viabilité des startups déjà accompagnées ? « Cela se mesure à trois et cinq ans, il est trop tôt », fait patienter Jean-Denis Blanc. La preuve avec G+Lyte, qui cherche à améliorer les cellules photovoltaïques pour une optimisation à faible luminosité. Incubée en 2019, accélérée en 2020, elle est née au Hub de l’énergie (la recherche a démarré en 2011 au Laboratoire de réactivité et chimie des solides de l’UPJV) et vient d’être lauréate du Trophée de l’innovation en transition énergétique dans les Hauts-de-France : « Nos premiers produits sortent en janvier, témoigne Franck Barath, directeur de l’entreprise. Ils seront testés six mois, pour une phase industrielle fin 2021-début 2022 ». L’équipe compte déjà huit personnes : « Amiens Cluster nous a aidés à nous structurer et à lever des fonds. On y vient pour des formations, l’ambiance, se motiver entre porteurs de projets ». Et aller au bout de ses idées.

//Jean-Christophe Fouquet

 

Incubation ou accélération ?

Amiens Cluster couve les startups © Amiens Cluster

© Amiens Cluster

• Incubation : un accompagnement de douze mois maximum pour aider les projets à se concrétiser.

• Accélération : quatre mois (renouvelables une fois) pour gérer la croissance ou l’élargissement de l’offre d’une structure existante, généralement vieille d’un à quatre ans. Toutes deux font bénéficier du programme d’accompagnement de cent soixante heures de formation, de mentorat et d’accès à des solutions de financement (1,6 M€ depuis 2018). Amiens Cluster dispose d’espaces de coworking et de salles de réunion. « Si certains projets sont ici cinquante heures par semaine, beaucoup se mènent en labo, résume Jean-Denis Blanc, son manager. Leurs porteurs viennent alors pour des raisons spécifiques : rendez-vous, échanges, colloques… »

> Plus d’infos sur amienscluster.com

08/02/2021 par Jean-Christophe FOUQUET

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Offre de formation
09/04/2021 par KAMEL YAHIAOUI
Des parcours innovants pour préparer son avenir !
25/03/2021 par Kamel YAHIAOUI