Le centre-ville, un cœur qui bat

Noémie LAVAL

Une étude vient de désigner Amiens lauréat 2019 de la catégorie grandes villes moyennes des meilleurs centres-villes commerçants. Son cœur continue d’attirer les enseignes. Exemples.

 

Elle comptait déjà 85 boutiques dans 35 pays. Mais la marque n’était pas encore présente entre Rouen, Lille et Paris. L’ouverture il y a trois mois d’un Kusmi Tea rue des Trois-Cailloux vient d’y remédier. « Cela manquait, un magasin comme cela », approuve gaiement un flâneur, embaumé des senteurs d’une cinquantaine de références en thés et infusions. Kusmi Tea, dont l’histoire remonte à 1867 à Saint-Pétersbourg, vient ainsi renforcer l’offre en commerces dans le centre d’Amiens. Un centre qui garde le cap malgré la vente en ligne.

 

DYNAMIQUE ET DIVERSIFIÉ

Il a été salué le 20 février par le palmarès 2019 des centres-villes commerçants les plus dynamiques de la Fédération pour le commerce spécialisé, Procos. Amiens y est désigné “meilleur centre-ville commerçant” dans la catégorie grandes villes moyennes. « 650 commerces ont maintenu un centre-ville attractif grâce à leur diversité bien qu’un nouveau centre commercial ait ouvert l’an dernier [...] dans un cadre de développement maîtrisé de la périphérie », résume l’étude Procos. Sans oublier le taux de vacance commerciale, très inférieur à la norme (lire ci-contre) et, pour les enseignes en réseaux, un chiffre d’affaires supérieur de 8 % à la moyenne, « soit au-dessus de métropoles comme Toulon, Rennes ou Grenoble ».

 

UN CHOIX STRATÉGIQUE

Pourquoi les commerces choisissent-ils Amiens ? « La ville est jeune, dynamique, vivante, il s’y passe toujours quelque chose », répond Alain Pécriaux, pour Kusmi Tea. Du côté de Perene, dont une agence a ouvert place René-Goblet en septembre, l’option du centre amiénois était tout aussi stratégique, explique Vincent Federspiel, concessionnaire dans la Somme : « Avec ma société familiale de travaux, j’avais déjà beaucoup de clients à Amiens. En y ouvrant une agence, je cherchais pignon sur rue, dans un centre-ville attractif, pour toucher une clientèle qui souhaite se faire plaisir. C’est là qu’il y avait le plus gros potentiel ». Perene, agenceur d’intérieur sur mesure grâce à un logiciel 3D, apporte une nouvelle pierre à l’édifice commercial amiénois. Et les premières ventes « sont très encourageantes », poursuit Vincent Federspiel dans son showroom flambant neuf.

 

BUS GRATUITS LES SAMEDIS

Mais la présence de franchises n’empêche pas les initiatives locales, qui continuent de fleurir. Une des dernières en date : Mari’né, ouvert en novembre rue des Vergeaux. Aux manettes, l’Amiénoise Marie Traulé, qui s’est lancée dans l’aventure de la restauration, sur place ou à emporter, pour assouvir sa passion de la cuisine : « Je voulais offrir aux actifs amiénois du centre-ville de bons plats de saison issus des produits locaux ». Une façon, aussi « de participer à l’économie locale ». Là est l’essentiel, selon Brigitte Fouré, maire d’Amiens, pour qui « la vie dans une ville se fait avant tout avec les commerçants ». Une vie soutenue par des mesures publiques, telle la décision d’Amiens Métropole de rendre le réseau de bus gratuit tous les samedis après le lancement du bus à haut niveau de service, au printempsUn plus pour le cœur commerçant.

 

//Jean-Christophe Fouquet (avec Kaltoume Dourouri)

 

 

LE CHIFFRE

 

8

 

C’est, en pourcentage, le taux de vacance commerciale (proportion de locaux commerciaux non loués) dans le centre-ville amiénois, qui compte plus de 650 boutiques pour 55 cellules vides. Un taux bien inférieur aux autres villes de sa catégorie, où la moyenne s’élève à 12,3 %. C’est même moins que la moyenne des métropoles (territoires 
de plus de 400 000 habitants), qui est de 9,9 %.

 

Source : procos.org.

19/04/2019 par Jean-Christophe Fouquet (avec Kaltoume Dourouri)

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

High’Tems taille sa route
19/04/2019 par Kaltoume Dourouri
Les bijoux dans la peau
19/04/2019 par Kaltoume Dourouri